Chrysomèle du millepertuis (Chrysolina hyperici)

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Chrysomeloidea
Famille : Chrysomelidae
Sous-famille : Chrysomelinae
Tribu : Chrysomelini
Genre Chrysolina
Espèce : Chrysolina hyperici

Identification : La Chrysomèle du millepertuis (Chrysolina hyperici) est de couleur vert métallique à reflets bronzé ou cuivrés, parfois bleu ou noir. Ses élytres possèdent de gros points disposés en doubles rangées, obliquement par paires. Ces points sont bordés de rouges sur les individus clairs ou verts. La ponctuation est peu dense. Les interstries sont parsemées de petits points. Les côtés du pronotum sont largement arrondis. Les bourrelets latéraux possèdent une rainure profonde dans la moitié basale, réduite à des points vers l’apex. Le disque du pronotum est presque lisse. Les pattes et les antennes sombres.

Taille : 5 à 7 mm.

Habitat : Parcs, friches, lisières de bois, bordures de champs, où se trouvent des millepertuis.

Répartition géographique : Partout en France, commun.

Période d’observation : Surtout d’avril à octobre.

Hivernation : Adultes, œufs.

Plantes hôtes : Millepetruis.

Reproduction : L’accouplement a lieu en août-septembre, la ponte commence en septembre et peut durer jusqu’en février. Les œufs sont pondus seuls ou en petits groupes sur la face inférieure des feuilles près du sol. Chaque femelle peut pondre jusqu’à 2000 œufs. Les larves émergent de mars au début de l’été. La nymphose a lieu dans des cellules de terre à quelques centimètres sous la surface.

Régime : Fleurs, feuillage et pétioles de la plante hôte.

Espèces semblables :
Chrysolina lepida a une ponctuation élytrale un peu plus fournie et ordonnée. C’est une espèce méditerranéenne que l’on trouve sur la centaurée de Salamanque (Mantisalca salmantica).
La Chrysomèle de Banks (Chrysolina bankii) a une ponctuation plu étendue sur les marges latérales du pronotum, la tête, les pattes et les antennes sont souvent rougeâtres, la ponctuation élytrale un peu pus dense.
Chrysolina oricalcia et Chrysolina peregrina ont un long sillon qui sépare les marges latérales du pronotum du pronotum lui-même.

Sources :
Insecte..org
UK Beetles
Coléoptères phytophages d’Europe, Chrysomelidae, Gaëtan du Chatenet

2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s