Aller au contenu

Cepheus sp

Publié le 6 décembre 2022

Dernière mise à jour il y a 2 mois

C. L. Koch, 1835

Ces acariens se rencontrent sur le bois et les champignons qui y poussent. Les larves cumulent leurs anciennes mues sur le dos, ce qui leur donne une forme épineuse symétrique très particulière

Ordre  : Sarcoptiformes
Sous-ordre  : Oribatida

Infra-ordre  : Brachypylina
Super famille  : Cepheoidea
Famille  : Cepheidae
Sous-famille  :
Tribu  :
Genre  Cepheus
Espèce   

Difficulté de détermination du genre

Difficulté de détermination des espèces

Identification

Le genre Cepheus comprend des acariens de couleur brun sombre, au notogastre rond, large et un peu aplati. Ce dernier est rebordé latéralement et fortement sculpté. Il possède une petite saillie au niveau des épaules et de courtes soies raides près de la marge. Les lamellae sont très larges. les soies interlamellaires sont longues et insérées vers le centre du prodorsum.
Les nymphes possédent des scalps, qui sont l’accumulation de leurs mues précédentes, leur donnant une forme épineuse.

Le nombre d’espèces semble incertain. D’après le catalogie des Oribates du monde, il y aurait :
Cepheus brachiatus Sitnikova, 1975, Pologne et Paléarctique oriental
Cepheus caucasicus Sitnikova, 1975, Caucase
Cepheus cepheiformis (Nicolet, 1855) (Tegeocranus)(=Cepheus michaeli Jacot, 1928), Holarctique
Cepheus corae Jacot, 1928, Néarctique
Cepheus dentatus (Michael, 1888) (Tegeocranus)(=Cepheus grandis Sitnikova, 1975), Paléarctique
Cepheus feideri Suciu y Panu, 1972, Roumanie
Cepheus gracilipes (Canestrini, 1897) (Tegeocranus) “sp. inq.”, Nouvelle Guinée
Cepheus granulosus Mihelcic, 1958, Autriche
Cepheus heterosetosus (Sitnikova, 1975) (Oribatodes), Europe orientale (sauf le nord)
Cepheus hokkaiensis Fujikawa, 1992, Japon
Cepheus incisus Mihelcic, 1958, Autriche
Cepheus jindingensis Wen y Sun, 1990, Chine occidentale
Cepheus kurosawai Aoki, 1986, Japon
Cepheus latus Koch, 1835, Holarctique
Cepheus lobatus Mihelcic, 1953 “sp. inq.”, Autriche
Cepheus mirabiloides Jacot, 1938, USA
Cepheus pegazzanoae Bernini y Nannelli, 1982, méditerranée occidentale
Cepheus pertusus Haupt, 1882 “sp. inq.”, Allemagne
Cepheus pustulatus (Pearce, 1910) (Tegeocranus), Hawaï
Cepheus takasago Aoki, 199, Taiwan
Cepheus transversalis Balogh, 1958 “sp. inq.”, Tanzanie
Cepheus transylvanicus Cooreman, 1951, Roumanie
Cepheus tuberculosus Strenzke, 1951, Paléarctique occidental, excepté le nord
Cepheus verrucosus Bernini, 1971, méditerranée occidentale

D’après l’INPN, nous avons en France Cepheus cepheiformisCepheus pegazzaanoeCepheus permixtus et Cepheus vulgaris. Les deux derniers ne sont pas dans la liste mondiale des Oribates.

Sur FE, même liste que l’INPN, avec en plus Cepheus nivalis (=Niphocepheus nivalis).

D’après « Histoire naturelle des acariens aux environs de Paris de Nicolet« , Cepheus vulgaris aurait une série de longs poils sur l’abdomen.

Il cite aussi comme Cepheus l’espèce bifidatus (=Tritegeus bisulcatus). D’après son schéma il a de longues soies raides sur tout l’abdomen.
Ensuite, selon qui on écoute, Cepheus latus = Cepheus cepheiformis (selon Michael, 1883), mais selon G.Weigmann en 2006 ce sont deux espèces distinctes. Si on suit le site des acariens Norvégiens, les deux espèces sont bien distinctes.

On aurait donc, en laissant de côté des espèces Européennes citées d’un seul pays (Autriche, Roumanie, Pologne) et en combinant les sources :
Cepheus cepheiformis 
Cepheus dentatus
Cepheus latus 
Cepheus nivalis 
Cepheus pegazzanoae 
Cepheus permixtus
Cepheus tuberculosus
Cepheus verrucosus

Ma clé des Oribates d’Allemagne ne traite que de 5 espèces (dont deux sont synonymes d’après le catalogue des oribates du monde). Il faut voir la longueur des soies de l’abdomen, les cuspis (s’ils sont rapprochés ou non, leur aspect)… mais de toute manière, en France on aurait plus d’espèces, et ce genre mériterait une révision, vu le nombre de synonymes et les espèces potentiellement non découvertes.

Taille

500 à 900µm de long

Habitat

Zones forestières, sur le bois et les champignons du bois.

Répartition géographique

Réseau trophique

Ce sont des acteurs essentiels dans la confection de l’humus, indispensable au développement des végétaux.

Régime

Ils se nourrissent de champignons (comme les moisissures).

Espèces semblables

A priori le genre se reconnait relativement facilement.
• Le genre Eupterotegaeus (une espèce notée d’Italie et une autre du paléarctique méridional) a visiblement un prodorsum plus allongé (voir ici).
Protocepheus hericius a, d’après le seul schéma que j’ai pu trouver, les réticulations de l’abdomen plus profondes, les soies sur le pourtour de l’abdomen plus longues, la marge de l’abdomen moins régulière, un peu en dents de scie, les lamellae moins larges.
• Le genre Oribatodes possède de plus longues soies sur le notogastre, et les soies interlamellaires sont insérées plus haut sur le prodorsum.
• Les genres Hypocepheus et Tritegeus possèdent de longues soies sur le notogastre (voir ici, ici et ).
• Le genre Ommatocepheus a des sensillus globuleux, cachés dans les bothridies.

Sources

• Hornmilben (Oribatida). Die Tierwelt Deutschlands und der angrenzenden Meeresteile, 76 Teil, Gerd Weigmann
Histoire naturelle des acariens qui se trouvent aux environs de Paris – Biodiversity Heritage Library
A new genus of Cepheidae and reassessment of the family (Acari: Oribatida)
Two new records of the genera Cepheus C.L. Koch, 1835 and Caleremaeus Berlese, 1910 (Acari: Oribatida) from Turkey, with notes on their distribution and ecology
Selection of microfungal food by six oribatid mite species (Oribatida, Acari) from two different beech forests
Alan Watson Featherstone
Liste systématique, synonymique et biogéographique des Oribates du monde (1758-2002)
GBIF

2021

Laisser un commentaire

<